Non classé

Chronique #27 : Forbidden de Tabitha Suzuma, ma lecture très difficile

Bonjour bonjour la blogosphère !

Ce soir je suis en week-end et ça c’est super chouette ! 😀

Aujourd’hui, je viens vous écrire une chronique qui s’avère difficile à rédiger… Je viens vous parler de « Forbidden » écrit par Tabitha Suzuma et publié aux éditions Milady

Sans tit5e

Résumé :

« Il ne reste plus grand-chose de la famille Whitely. Le père a refait sa vie à l’autre bout du monde, la mère essaie d’en faire autant. Elle dépense plus d’argent chaque mois en alcool et en fringues qu’en pension alimentaire pour ses cinq enfants. Dans la débâcle, les deux aînés, Maya et Lochan, seize et dix-sept ans, décident de prendre les choses en main. En effet, si les services sociaux s’en mêlent, ils seront séparés, placés dans des foyers aux quatre coins du pays. Luttant ensemble pour maintenir leur famille unie, ils partagent les mêmes joies et les mêmes peines. Mais peuvent-ils vraiment s’avouer ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre ? »

« L’idée que notre entente, notre amitié, notre confiance soit brisée m’est insupportable. Il a toujours été plus qu’un frère pour moi. C’est mon âme sœur, l’air que je respire, ma raison de vivre »

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Lochan et Maya Whitely, 17 et 16 ans, sont les aînés d’une fratrie de 5 enfants. On y trouvera également Kit, jeune adolescent de 13 ans qui est sur la mauvaise pente et Tiffin & Willa les deux petits derniers de la famille.

Le père de la famille Whitely a déserté le foyer familial, il y a maintenant plusieurs années pour reconstruire une vie à l’autre bout du monde. Quant à la mère, elle est alcoolique au possible, tête en l’air et agit comme une jeune adolescente qui sort chaque soir avec son nouveau petit ami, Dave.

Maya et Lochan ne sont pas deux jeunes adultes comme les autres. Non, ils sont en quelque sorte des « parents de substitution » pour leurs frères et sœur. En effet, la mère de la famille n’est quasi jamais présente à la maison et Lochan et Maya doivent gérer les tâches ménagères, récupérer les enfants à l’école, s’assurer qu’ils font leurs devoirs, être une famille à peu près normale pour ne pas alarmer les services sociaux.

Au début de ce livre, nous avons conscience qu’ils sont frère et sœur mais par la suite, nous ne les percevons plus comme tel. Forcés, de devenir adultes plus tôt, ils vont être surpris de voir qu’ils éprouvent des sentiments bien plus que fraternels, l’un envers l’autre.

Maya Withely est jeune fille souriante et à l’écoute de son entourage. Elle est toujours présente pour les autres. Tandis que Lochan est très renfermé, il est timide au possible et à la phobie des autres. J’ai adoré ce personnage à vif.

Entre ces deux personnages, il y a toujours eu un lien très fort les unissant. Ils ne se sont jamais considérés comme frère et sœur, c’est bien plus que ça. 

Alors oui, ce roman psychologique va vous chambouler et vous donner la chair de poule à de nombreux moments, mais c’est tellement puissant !

C’est la première fois que je lis une romance inceste et pourtant j’ai adoré. Voir Maya et Lochan amoureux l’un de l’autre depuis des années et se le déclarer enfin est touchant, poignant, dur. Au fil des pages, on comprend à quel point leur situation va s’avérer difficile à vivre. Comment vivre un amour interdit ? Qui régit les lois de l’amour ? Pourquoi est-ce illégal ? Que risquons-nous ? Et bien toutes ces questions trouvent leur solution dans ce roman. 

Ce livre est tellement écrit de manière parfaite que j’ai réussi à oublier que Lochan et Maya étaient frère et sœur. J’avais peur pour eux, mal pour eux. Je voulais qu’ils vivent leur histoire d’amour au grand jour, qu’ils soient heureux au moins une fois dans leur vie. 

Et bien entendu, de nombreuses péripéties les attendent, dans les 100 dernières pages du roman, tout s’accélère, on voit l’issue de leur relation et où cela va les mener. Une fin à laquelle je m’étais à la fois préparée mentalement mais qui m’a quand même bouleversé. Parce que je crois qu’au fond de moi, j’espérais quelque chose d’autre…

En conclusion, je vous conseille ce livre à 100%, il est tout simplement beau par son histoire tabou, je peux vous jurer que vous n’avez jamais lu de livre de la sorte.

« Le dur et long chemin que fut ma vie jusqu’ici menait donc à ce moment. Je l’ai suivi aveuglément, en trébuchant, en m’éraflant, lasse, sans savoir où mes pas me conduisaient, sans même me rendre compte que chacun d’eux me rapprochait de la lumière, celle que l’on trouve au bout d’un long tunnel. Et maintenant que je l’ai atteinte, qu’elle m’enveloppe, je veux la graver dans mon souvenir pour y repenser comme le moment où ma nouvelle vie commença vraiment. Tout ce que j’ai désiré, ici, maintenant, est contenu dans cet instant. Le rire, le joie, cet amour immense que nous partageons. C’est l’aube du bonheur. c’est maintenant que tout commence. »

NOTE : 4.5/5

 

4 commentaires sur “Chronique #27 : Forbidden de Tabitha Suzuma, ma lecture très difficile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s